Le film de Jérémy Clapin joue sur la dimension poétique du souvenir pour créer une œuvre pleine de sensibilité.

Sur la base du scénario assez commun d’un jeune homme, Naoufel, qui tombe amoureux d’une jeune femme, Gabrielle. Le réalisateur construit son film sur deux déroulés d’histoires parallèles. Celle de Naoufel est entrecoupée par le périple étrange d’une main coupée, séparée de son corps, traversant la ville à la recherche de son être disparu. Comme attirée, aimantée, elle court les rues et ses dangers pour retrouver ce à quoi elle a toujours été liée.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Les histoires s’entremêlent, tout comme les temporalités : on découvre en effet des bribes d’histoire de la vie de Naoufel à travers des flashbacks récurrents vers des époques plus ou moins lointaines. Déjà ici, la dimension visuelle du film au graphisme soigné entre en jeu. Les couleurs deviennent marqueur de temporalité, le noir et blanc de l’enfance est remplacé par la couleur du présent. La musique entre elle aussi en ligne de compte, rappelant que le cinéma n’est pas qu’un art visuel, mais aussi auditif. Les mêmes notes réapparaissent de façon cyclique, annonçant le retour au souvenir, à l’image du passé. Le personnage de Naoufel lui-même a recours à l’ouïe pour remonter le temps, puisqu’il a enregistré dans son enfance des bribes de sa vie, des moments les plus banals aux évènements les plus marquants voir tragiques. L’ouïe vient alors supporter la réminiscence et le retour à l’image.

La main, quant à elle, est isolée du reste de son corps ; et l’image fantastique d’un membre courant dans les ruelles et les rames de métro intègre au film sa dimension poétique. Elle est guidée par des figures récurrentes associées au rêve et aux espoirs d’enfant de son propriétaire. L’astronaute, le pianiste, la mouche : trois éléments filigranes de l’histoire qui se développent et qui sont la boussole, le soutien lorsque la situation semble perdue. Mais la main c’est aussi le membre du toucher, ce sens qui paraît échapper au cinéma mais qui est pourtant au centre du film. C’est par ces sensations que revient la mémoire, le toucher comme madeleine de Proust. Ce morceau de corps est devenu dépositaire d’une mémoire sensitive dont le corps auquel elle se rattache est privé. 

La définition du cinéma comme sensible évoque alors étymologiquement l’idée d’un art des sens : de la vue, de l’ouïe, mais aussi du toucher. Le cinéma selon Jérémie Caplan est donc capable de mettre en scène des sensations échappant à son contrôle. 

Louison Chartrain

Écrit par Louison Chartrain

Publié le 15 janvier 2021

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
ARTICLES RÉCENT

Mentions légales

Adresse postale :

Directeur de la publication :

Alexandre Péraud

Webmaster et conception :

Hélène Marie-Montagnac et les étudiants du Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels

Rédaction :

Les étudiants du Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels

Hébergeur :

OVH

Création :

Master IPCI avec le soutien de Médias-Cité

Ce site (www.masteripci.fr) est proposé en différents langages web pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Internet explorer, Safari, Firefox, Google Chrome, etc…

Le Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations auprès du Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Le Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies :

Le site www.masteripci.fr peut-être amené à vous demander l’acceptation des cookies pour des besoins de statistiques et d’affichage. Un cookie est une information déposée sur votre disque dure par le serveur du site que vous visitez. Il contient plusieurs données qui sont stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations. Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelles sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes :

Les sites internet du Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet. Le Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet. Le Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Elle ne peut être tenue pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Litiges :

Les présentes conditions du site www.masteripci.fr sont régies par les lois françaises et toute contestation ou litige qui pourraient naître de l’interprétation ou de l’exécution de celles-ci seront de la compétence exclusive des tribunaux dont dépend le siège social de la société. La langue de référence, pour le règlement de contentieux éventuels, est le français.

Données personnelles :

De manière générale, vous n’êtes pas tenu de nous communiquer vos données personnelles lorsque vous visitez notre site Internet www.masteripci.fr

Cependant, ce principe comporte certaines exceptions. En effet, pour certains services proposés par notre site, vous pouvez être amenés à nous communiquer certaines données telles que : votre nom, votre fonction, le nom de votre société, votre adresse électronique, et votre numéro de téléphone. Tel est le cas lorsque vous désirez souscrire à nos services (formation, réservation de salles…). Dans tous les cas, vous pouvez refuser de fournir vos données personnelles. Dans ce cas, vous ne pourrez pas utiliser les services du site, notamment les services numériques ou recevoir les lettres d’information.

Enfin, nous pouvons collecter de manière automatique certaines informations vous concernant lors d’une simple navigation sur notre site Internet, notamment : des informations concernant l’utilisation de notre site, comme les zones que vous visitez et les services auxquels vous accédez, votre adresse IP, le type de votre navigateur, vos temps d’accès. De telles informations sont utilisées exclusivement à des fins de statistiques internes, de manière à améliorer la qualité des services qui vous sont proposés. Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l’établissement. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.

Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : helene.montagnac(at)u-bordeaux-montaigne.fr