Le festival de Cannes fait une place aux étudiants

Participez au prix France Culture Cinéma des étudiants

 

L’année scolaire s’est terminée pour les IPCI et chacun est parti vers de nouveaux projets. Et comme rien ne se perd et tout se transforme, ils vont pouvoir appliquer ce qui a été appris au cours de cette première année. Parmi ces projets qui sont les nôtres au seuil de l’été, il y en a un qui fait écho aux ateliers d’écriture qui ont occupé une place unique au sein de notre enseignement.

Après s’être exercé à écrire des chroniques, il est simple de participer au jury de France Culture cinéma des étudiants en envoyant une critique du film de notre choix. Vous aurez peut-être alors la chance d’être choisi pour visionner les films sélectionnés et voter pour votre préféré. Est ensuite organisée, dans le cadre du festival de Cannes la remise du prix.

Cette année, Félicité, a été mon choix. Une jeune femme, chanteuse à Kinshasa met en œuvre toute sa force et toute sa voix afin de récolter l’argent nécessaire pour subvenir aux soins dont a besoin son fils, gravement blessé dans un accident de moto.

Les images du film sont vibrantes. La journée est rythmée par les pas de Félicité sous le soleil qui parcours ses relations pour obtenir ce qui lui est dû. Les soirées et les nuits sous la lune sont dédiées à la musique et à des rituels oniriques et mystiques. Félicité est une magicienne qui ne se dévoile jamais. Une part du film demeure comme inachevée et à construire comme une toile de Cézanne qui laissait toujours un bout de toile sans peinture : les conversations se trouent de silences et les corps cicatrisent alors que des personnes se reconstruisent.

Un film qui laisse place à l’ouverture comme cette première année.

Ewa Malodobry

Crédit photo : Félicité (Véro Tshanda Beya) et son fils, Samo (Gaetan Claudia). Photos Jour2Fête http://next.liberation.fr/cinema/2017/03/28/felicite-l-eclat-ordinaire_1558964

les commentaires sont fermés.