Quand le hip-hop s’invite au Quartier Libre

Le groupe de hip-hop « Soul Revolution » jouait au Quartier Libre le 14 novembre dernier, le bar qui a fait grand bruit dans les médias locaux ces derniers mois puisque Bertrand Cantat, figure emblématique du rock bordelais, figure parmi les associés de ce lieu tout récemment ouvert.

C’est dans le quartier Saint-Michel que l’ex-chanteur de Noir Désir ainsi que ses associés ont décidé de créer ce projet qui veut défendre la culture, notamment la musique actuelle.

Les bordelais de Soul Revolution étaient donc invités ce samedi soir là afin de distiller leur hip-hop et surtout tenter de redonner le sourire à un public encore sous le choc des tragiques évènements de la veille. C’est donc face à une dizaine de personnes seulement et dans une ambiance froide que le groupe entame son set. Les deux rappeurs ainsi que les six musiciens livrent des morceaux de haute facture, mélangeant les rythmes modernes du hip hop avec les mélodies dansantes de la funk et de la soul des années 1960. Le groupe prend énormément de plaisir à jouer. malgré la faible affluence, due à un horaire inhabituel pour un concert – 19h – mais imposé en raison de problèmes avec le voisinage.

Cette irrésistible énergie festive que l’octet produit et qui caractérise si bien la musique funk envahit peu à peu l’ensemble de la clientèle qui se rend progressivement devant la scène pour se déhancher dans une bonne humeur contagieuse. Durant près de deux heures, les Soul Revolution nous concoctent des morceaux aux sonorités variés, parfois mélancoliques mais toujours très énergiques. Les deux chanteurs sont même rejoints par des invités pour chanter ou rapper avec eux sur quelques chansons, permettant aux deux choristes de prendre alors une courte pause.
En revanche les autres musiciens n’ont droit à aucun répit, enchainant les morceaux et divers solos. Et c’est logiquement dans un torrent de sueur – pour le public comme pour les artistes – que se terminera la représentation, après deux rappels du public.

Les Soul Revolution prendront certainement part à de nouvelles manifestations culturelles très bientôt, peut-être même au Quartier Libre qui a prouvé ce soir là ses ambitions sur le plan culturel. Le lieu pourrait bien se faire rapidement une place de marque dans la longue liste des bars-culturels bordelais, la salle permettant en effet d’accueillir des groupes de musiciens avec une acoustique très satisfaisante. Et preuve que le succès est déjà au rendez-vous, nombreux sont celles et ceux qui se déplacent fréquemment dans ce lieu, où concerts et DJ sets sont souvent programmés, en attendant peut-être la reformation de Noir Désir le temps d’un soir !

les commentaires sont fermés.