Un Bordeaux underground

crédit photo : Livy Bertrand

Samedi soir et ses envies de sorties. Ses envies de changement aussi : quoi de mieux, alors, qu’un événement musical dont le lieu restera secret jusqu’à deux jours avant le jour J ? Séduite et intriguée, je m’y rends seule. Le mystère ne s’arrête pas là : une porte verte, banale, s’offre à moi dans une sorte de dénuement qui n’est pas caractéristique des propositions culturelles nocturnes traditionnelles. Rien ne laisse deviner qu’un évènement va avoir lieu, ici, ce soir…

Ce fameux lieu secret? C’est une cave qui s’étend en longueur, aux allures de garage, tout à fait en adéquation avec l’esprit underground de l’évènement. Dûment munie de mon bracelet lumineux et de mon pin’s (tout underground que soit l’événement, il ne sacrifie en rien à des manifestations plus traditionnelles en terme d’organisation, comme en témoigne l’excellent travail d’organisation réalisé par l’équipe de bénévoles).

Le succès de l’événement tient à sa propension à dépayser : alors qu’on pourrait s’attendre à une soirée orientée autour de la musique électronique, comme c’est souvent le cas des soirées secrètes, l’ambiance feutrée, entre décoration vintage, musique lounge et films diffusés au rétroprojecteur, parvient avec succès à surprendre. Je suis loin de mes attentes et loin de Bordeaux !

Pour autant, il ne faut pas croire que la musique soit négligée : au fond, dans la cave proprement dite, on trouve bel et bien la musique techno attendue, avec une foule en transe éclairée au néon rouge.

C’est ce patchwork harmonieux d’ambiances qu’il nous faut retenir, avec cet évènement (et, on l’espère, de nombreux autres à venir…) qui sait concilier la demande somme toute classique dans son genre d’une soirée techno avec des propositions plus originales. Il me faut saluer, une nouvelle fois, l’excellente organisation au service de l’événement, qui démontre nettement que l’esprit underground n’est pas nécessairement synonyme de désinvolture organisationnelle !

 

Soirées Sud-Ouest (facebook et instagram)

 

Article rédigé par Déborah Sabbar

les commentaires sont fermés.