Novart fait son marché

Ça y est, je suis deIMG_3219vant. Je m’arrête et je regarde. Je suis satisfaite d’être là, mais je me dis « C’est quand même bizarre ! ». J’observe encore un peu et je rentre. Je me retrouve aussitôt nez à nez avec des chatons empaillés, enfermés dans une bulle en verre. Ok, on est tout de suite dans l’ambiance. Des objets chinés et assez kitsch qui n’ont rien à faire là habillent ce lieu austère et très gris de prime abord. Tout de suite, je me sens bien et un sentiment de curiosité m’envahit. Je n’ai pas envie de m’adresser au comptoir d’accueil, comme si les hôtesses allaient me gâcher la surprise en m’expliquant le fonctionnement. Je pars donc à la découverte de ce lieu. On est dans l’ancien marché Victor Hugo, les étals et panneaux d’affichage sont encore présents. À l’endroit de l’ancienne poissonnerie on peut déguster des huîtres et des fruits de mer, jusque là tout va bien ! Le bar à bière, lui, semble être installé à la place du primeur. Je continue et me retrouve devant la vitrine de l’ancienne boucherie où les chutes de cheveux ont remplacé les pièces de viande. Effectivement, un barbier et un coiffeur exercent là, derrière la vitrine. En voyant cela, je commence à trouver le concept étrange puis, très vite, voyant que les gens autour de moi ne semblent pas être étonnés, je me dis que l’idée est donc assez originale ! Après tout, boire un verre, manger quelque chose, écouter de la musique, déambuler autour de quelques installations et se faire couper les cheveux, le tout au même endroit, pourquoi pas ? Regardant autour de moi, j’aperçois une piste de danse, digne de ce nom, avec deux DJ aux commandes. À ce moment-là, je me rends compte que, depuis que je suis arrivée, je n’avais pas remarqué que la musique était à peine audible, voire inexistante… Je fixe alors la piste de danse. Tous les danseurs sont équipés d’un casque et se trémoussent en silence laissant échapper par moment quelques cris de joie lorsque leurs morceaux préférés débutent. Une fois de plus, je suis surprise, et n’ayant pas de casque, je ne comprends pas bien le principe. Quelqu’un arrive derrière moi et me glisse le casque sur les oreilles et là, tout s’éclaire ! On m’explique alors le principe : on te prête un casque et tu as le choix entre deux bandes-son, un DJ ou l’autre. Autant vous dire que la soirée n’est pas la même avec ou sans casque !

Cela fait maintenant une dizaine d’années que Novart existe ; seulement, c’est la première année où le festival a un QG tel que celui-ci, un lieu vivant tout le long de l’événement proposant également des festivités en marge de la programmation. Le risque ? Qu’on ne retienne que « La voiture qui tombe » lorsque l’on parlera de l’édition 2015 de Novart…

Article écrit par Elisa Miffurc

les commentaires sont fermés.