Le master

Objectifs de la formation

Formation de référence dans le champ de l’ingénierie culturelle, Le MASTER « Direction de projets culturels » comprend un unique parcours à orientation professionnelle structuré autour des enjeux de l’Ingénierie de projets culturels et interculturels. À ce titre, il vise une insertion professionnelle immédiate

Il a pour objectif de fournir aux étudiants un enseignement et une approche adaptés aux évolutions d’un monde culturel en forte mutation. Réforme territoriale, rôle déterminant du numérique, évolution des modèles économiques, internationalisation… sont ainsi autant d’enjeux placés au cœur d’un cursus qui ambitionne de préparer des professionnels généralistes en prise avec les nouveaux rôles et fonctions de la culture dans le monde contemporain.

Il est de ce point de vue à l’initiative du Centre d’innovation sociétale UBIC – Université Bordeaux Inter-Culture — créé pour fournir des services aux acteurs privés et publics du monde de la culture, tout en offrant un outil d’insertion aux étudiants.

Humanités et interculturalités

Conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux, le master IPCI offre une formation équilibrée alliant culture humaniste et solides compétences techniques. Cette formation répond aux attentes des collectivités territoriales, du secteur associatif ou de structures culturelles. Le master prépare également, là réside sa spécificité, à la conception, au pilotage, à la gestion et à l’évaluation de projets culturels à vocation interculturelle ou internationale. Il constitue ainsi l’un des rares cursus qui – en formation initiale et continue ou en alternance – soit ouvert aux enjeux européens et interculturels.

Sa spécialisation européenne et internationale (plus de 200h dédiées) repose sur des liens privilégiés avec des opérateurs culturels qui œuvrent à l’étranger ou avec le réseau français à l’étranger (Alliance française, Instituts français).

Membre de l’European network on Cultural Management and Cultural Policy Education (ENCATC), la formation coopère avec d’autres formations similaires dans différents pays. Ce réseau doit offrir la possibilité aux étudiants de réaliser une partie de leur scolarité ou l’un de leurs stages à l’étranger.

Insertion et débouchés

Avec un réseau de 80 structures publiques, associatives et privées associées, le master IPCI peut proposer de multiples modalités d’immersion et d’insertion professionnelles. Le parti-pris du master est de former des futurs cadres à même de développer un projet dans des contextes différents, aussi bien à l’échelle locale, nationale qu’européenne. Ce profil généraliste requiert à la fois compétences techniques et créativité de sorte qu’en fin de Master, les étudiants soient capables de concevoir et présenter un projet culturel de toutes dimensions :

  • Identifier les différents acteurs d’un territoire et les coordonner ;
  • planifier et gérer l’exécution d’un projet,
  • en assurer la communication auprès de tiers
  • maîtriser la complexité propre aux projets interculturels et internationaux.

Ces compétences sont recherchées dans les associations et les grandes structures du secteur culturel aussi bien que dans les collectivités territoriales, ainsi que dans les structures culturelles à l’étranger (Institut français, Alliance française…). Si le secteur culturel est le premier visé, ces compétences peuvent aussi se déployer dans le cadre élargi de projets de développement urbain, touristique ou social.

Parmi une liste importante de métiers, reflet de la diversité des champs d’activités et de la variété des situations observées sur le terrain, les débouchés du master IPCI concernent aussi bien les postes liés à la gestion d’un lieu, à l’animation d’un festival, d’un réseau professionnel ou d’une compagnie :

  • chef  de  projet  d’une  opération  ou  d’un équipement culturel (associatif ou public),
  • responsable  / chargé  de  mission   de  la politique culturelle d’une collectivité locale,
  • responsable du développement touristique et culturel d’un territoire,
  • administrateur d’une équipe artistique, d’un événement culturel (festivals…),

  • chargé de production ou de diffusion,
  • responsable de services éducatifs (bibliothèques, musées, etc.),
  • médiateur culturel

Scolarité

La scolarité du master est répartie sur 3 semestres plus un semestre dédié au stage long. Télécharger la maquette pédagogique M1 IPCI_2016-2017 et la maquette pédagogique M2 IPCI_2016-2017. Le ruban pédagogique s’ordonne autour de 4 blocs:

1 – Humanités et interculturalités, pour consolider la culture et la capacité d’analyse, notamment en matière de compréhension des pluralismes culturels (280h).

Master 1 (cours de septembre à avril, puis stage court)

La 1ère année établit un socle de culture générale, de connaissances et savoir-faire communs, et initie aux grands enjeux contemporains de la politique culturelle et de la conduite de projets. Enseignement pluridisciplinaire où se croisent esthétique et philosophie de l’art (20h), approches littéraires du monde contemporain et des contre-cultures (60h). La question de l’interculturel est abordée via des cours de littérature (40h) et deux langues vivantes (60h)

Master 2 (cours de septembre à février, puis stage long)

La seconde année vise l’acquisition et la mise à l’épreuve des connaissances et compétences acquises en cours. Politiques européennes et du montage de projets européens (48h) ; approche critique des droits et diversité culturels, notamment juridique (36h). Poursuite de deux langues vivantes obligatoires (30h).

2 – Numérique, communication & réseaux, pour maîtriser les outils numériques et en comprendre les mutations esthétiques, organisationnelles, et sociologiques (180h) :

Master 1 (cours de septembre à avril, puis stage court)

L’enseignement en théorie de la communication et sociologie des réseaux (32h), est complété par des ateliers d’écriture, travaux pratiques de maîtrise des outils de PAO, web, documentation et de communication. S’ajoutent 40 h de théorie pratique pour comprendre les enjeux de l’internet (nouveaux modes collaboratifs et participatifs).

Master 2 (cours de septembre à février, puis stage long)

Approche pratique à travers l’étude des outils numériques dans leur fonction d’ingénierie et d’aide à l’organisation.

3 – Connaissances de l’ingénieur, pour donner aux futurs professionnels des savoir-faire pratiques et théoriques nécessaires à la conduite de projets (242h).

Master 1 (cours de septembre à avril, puis stage court)

Histoire des politiques culturelles, sociologie des pratiques culturelles posent les grandes bases de l’analyse classique de l’action publique (36h) ; remise à niveau en droit et institutions politiques (36h). Des cours sur les nouveaux horizons du patrimoine, sur les industries culturelles et créatives ainsi que sur les modèles culturels européens et internationaux illustrent les mutations récentes du secteur culturel (64h).

Master 2 (cours de septembre à février, puis stage long)

Management des organisation (20h), appréhension des modèles économiques (20h), maîtrise comptable/budgétaire (36h) et spécificités juridiques du monde de la culture (18h).

4 – Applicatif, pour mettre en œuvre les connaissances et compétences en situation concrètes.

Master 1 (cours de septembre à avril, puis stage court)

Sur la base d’un cours de méthodologie du projet culturel (20h), les étudiants participent à un module d’observation d’une structure ou d’un projet (en groupe, avec tuteur). Des conférences de méthode régulières (40 h) permettent de développer les compétences orales et d’effectuer un suivi personnalisé des étudiants.

Master 2 (cours de septembre à février, puis stage long)

Toujours construit autour de conférences de méthode régulières, ce volet s’ordonne autour du module conception de projet que conduisent les étudiants (en groupe). Chaque projet est non seulement l’objet d’un accompagnement individualisé mais offre un terrain d’application aux cours théoriques décrits plus haut.

Chantiers M1 et M2

Les Chantiers sont des commandes passées au master, le cas échéant via UBIC, qui permettent une approche « de l’intérieur ».

Stages

M1 : obligatoire de 2 à 4 mois

M2 : obligatoire de 4 à 6 mois

Aux côtés des enseignements traditionnels, le Master pro organise des cycles de conférences ouverts au grand public et aux professionnels…

Pin It