Au-delà des Montagnes et de la Rivière…

Affiche de A. Hai.

Quelle que soit l’époque, les gens sont toujours en route pour chercher une vie idéale et un « ailleurs » rêvé. Dans le film « Au-delà des Montagnes » de JIA Zhangke, les personnages vont non seulement au-delà des montagnes, mais aussi au-delà des pays et de notre époque. Si on traduit mot-à-mot le titre chinois du film en français, 《山河故人》veut dire Montagne, rivière, et les anciens amis. La montagne et la rivière représentent la nature qui ne change pas, pourtant, les relations et les situations des gens sont influencées par le temps. À s’approcher d’une vie idéale, qu’est-ce que l’on gagne et qu’est-ce que l’on perd ?

Les trois personnages principaux du film, Tao, Jinsheng et Liangzi, viennent d’une petite ville Fenyang qui se trouve au centre de la Chine, à côté de la Riviève Jaune. De 1999 à 2025, pendant un quart de siècle, les destins individuels, les paradoxes auxquels nous confronte la vie se heurtent aux changements socio-économiques profonds du pays : l’amour des jeunes, la séparation avec leur terre natale, le changement de politique sociale, le mouvement migratoire, la maladie, la nostalgie, et la perte de l’identité culturelle chez la deuxième génération d’immigrés. Dans ce film, la Rivière Jaune est comme le témoin muet de toute l’histoire. Vers la fin du film, elle apparaît dans une peinture nommé « Éloge de la Rivière Jaune » dans la villa de Jinsheng qui a immigré en Australie.

Au fur et à mesure de l’histoire, la Rivière Jaune devient non seulement le témoin de la vie des personnages, mais aussi le centre de confrontation des valeurs symboliques. A la fin du film, la possession de ce chef-d’œuvre du grand peintre CHEN Yifei symbolise toute la richesse de Liangzi. Il a tout sacrifié pour avoir la fortune, tout en quittant son épouse, sa ville et son pays. Il a fini par payer énormément pour acheter cette œuvre sur cette rivière à côté de sa ville natale. La Rivière Jaune représente d’où il vient et le relie avec son passé. Il a eu beau vouloir la quitter, il n’a jamais pu rompre les liens avec elle.

Le plus frappant dans ce film, c’est le sentiment de flottement entre le passé et l’avenir. JIA Zhangke le voit, le sent, et le montre. Les gens qui cherchent un « ailleurs » rêvé, n’existent pas seulement dans le film, bien au contraire, ils sont partout dans notre vie. Le réalisateur a pris le temps de montrer les bouleversements, les ruptures, les conflits et les changements sur cette route initiatique. Peut-être, est-ce cela la réponse de réalisateur, le rêve nous donne envie d’avancer, mais ce processus d’avancement est accompagné de changements, qui provoquent une déperdition permanente.

Article écrit par Mengying Lv.

les commentaires sont fermés.