Comique frénétique : séance d’hypnotisation du Docteur Galvan

Crédit photo : Emmanuel Noblet

 

Une entrée fracassante sur la scène du Galet de Pessac, éclats de rires et applaudissements à la pelle : tel fut le résultat de la performance très appréciée d’Olivier Saladin.

 

« Ancien Malade des Hôpitaux de Paris », adaptation du texte éponyme de Daniel Pennac, est un seul-en-scène hautement dynamique joué par Olivier Saladin. Il raconte, dans un décor sobre, la nuit de garde du docteur Galvan. Ce dernier, au fil des événements tous aussi loufoques les uns que les autres rencontrés, en profite pour nous faire partager ses pensées sur sa foi pour la médecine. Rapidement pris dans le flux des paroles et la richesse comique du texte, nous suivons ce médecin décalé et en transparence avec sa pratique particulière du métier. Appelée monologue gesticulatoire par son auteur, la pièce réjouit le public par la densification de l’aspect pantomime. Bien que le comique de geste semble pertinent, il est par moment trop riche et annule sa fonction première en oubliant de casser le rythme.

 

Le spectateur est baladé de patient en pathologie, de péripétie en en situation burlesque. Et pourtant, au départ, le but fut simple : le docteur Galvan souhaite simplement inscrire un nouvel intitulé sur sa carte de visite. Victime d’une course-poursuite, pris en chasse par son activité professionnelle, ce médecin dépasse les limites de son endurance au fur et à mesure que la nuit avance. Cependant, le problème se pose réellement lorsqu’il tombe sur un malade aux symptômes atypiques et aux agissements loufoques. Intégré à la course, il en deviendra même le sujet pour faire oublier au protagoniste toute ambition de papier.

Le texte est rythmé et prenant, même si l’interprétation aurait mérité plus de relief. Néanmoins, la performance fut doublement récompensée : la nomination d’Olivier Saladin aux Molières en 2016 dans la catégorie seul en scène et la poursuite d’une tournée à succès encore aujourd’hui.

 

De : Daniel Pennac
Mise en scène : Benjamin Guillard
Avec : Olivier Saladin

 

Article rédigé par Agathe Ramade

les commentaires sont fermés.