Bègles, la cité cirque

La Ville de Bègles, sans remettre en cause les établissements et équipements culturels qui jalonnent le territoire communal, s’est investie depuis maintenant 7 ans dans une présence circassienne régulière sous chapiteau dans de nouveaux espaces comme la friche militaire des Terres neuves et des espaces publics naturels plus anciens comme le Parc de Mussonville. La saison 2014/2015 a vu se succéder le Cheptel Aleikoum en août, puis la Famille Morallés en décembre, la Cie Galapiat en janvier, puis le Cirque Akoreacro en mars 2015. Dans le même temps, des actions d’éducation et de pratiques artistiques se dérouleront tout aussi bien dans un cadre scolaire que périscolaire et dans des temps de pratiques en amateurs.

Ces représentations et actions posent d’une part une nouvelle relation à l’espace spatial public par l’utilisation du(des) chapiteau, mais également une autre relation à l’espace social public. Les étudiant-e-s du Master 1 IPCI (Célia Martin, Sophie Bergounhon, Camille Luthereau, Margaux Velez, Aude Romedenne et Christophe Jaunet) ont pu observer ces mutations et les conditions mises en œuvre pour établir d’autres formes de médiation avec les personnes qui habitent le territoire béglais, grâce à un module d’observation sous le tutorat professionnel de Philippe Sanchez, Directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Bègles et de François Pouthier, professeur associé au Master.

Retrouver ici même leurs observations et propositions OBSERVATION_BEGLESCIRQUE_2015

les commentaires sont fermés.